vous êtes ici : accueil > Actualités > Locales

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte
Document à télécharger

Lettre ouverte au directeur départemental des finances publiques

C’est un fait que notre administration est dans la ligne de mire des gouvernements successifs. Nous allons encore perdre environ 30.000 emplois au cours des prochaines années.

Lettre ouverte

Vous avez constaté que :
- nos conditions de travail s’améliorent ;
- notre traitement est supérieur à la moyenne équivalente des salariés du privé ;
- que le RISFEPP (rémunération au mérite) est un gage de justice salariale ;
- que le dialogue social favorise la préservation de vos droits et garanties.

Alors tout va bien.

Plus sérieusement, au sujet des services publics, dans sa lettre aux Français, Macron a le mérite d’être clair lorsqu’il interroge : « Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? » Le cadre du prétendu « grand débat » est ainsi posé, et aux Finances publiques, nous savons à quel point il s’agit d’une vaste fumisterie.

En effet, pour le 15 février 2019, tous les directeurs départementaux des Finances publiques devaient déposer à Bercy leurs projets de restructurations. Leur cahier des charges a également le mérite d’être clair. Ainsi, l’avant-projet intitulé "Bâtir un nouveau réseau" qui présente la future organisation du réseau à l’horizon 2022 prévoit notamment : des Services des Impôts des Particuliers (SIP) et des Entreprises (SIE) de grande tailles (50 personnes) ; 1 seul Service de Publicité Foncière par département ; 1 seul poste comptable (50 personnes) par groupement Hospitalier de Territoire, etc

Très concrètement, l’organisation de l’administration telle qu’on la connaît aujourd’hui va exploser. Plus question d’une organisation républicaine, identique dans chaque département. Elle sera modulée sur tout le territoire en fonction des spécificités locales.

Grand débat ou pas, le paysage des directions départementales des finances publiques ne sera plus le même. L’idée de Bercy est de « saupoudrer » la présence de la DGFiP au sein de Maisons de Service au Public ou des collectivités territoriales, en lien avec le développement du télétravail, des espaces de co-working, avec un accueil uniquement sur RDV. C’est l’administration façon puzzle : la fin des services de pleine compétence, une administration prétendument « moderne », tout numérique, mais surtout très loin des usagers.

Personne n’est à l’abri, tout le monde sera concerné !

Article publié le 22 février 2019.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.